jeudi 29 juin 2017

Manger moins quand on s'aime

Avec l'arrivée de la saison des maillots de bain, je remarque que les discussions (surtout avec des femmes, malheureusement) tournent beaucoup autour de l'apparence corporelle. "Eille, j'ai pris de la bédaine, j'ai pas envie d'aller à la plage avec ce "tire" là! " ou encore "En vieillissant j'me sens moche, j'ai pu la "shape" que j'avais à 20 ans!"

En réponse à ce discours, voici quelques-unes de mes phrases préférées qui permettront aux gens que vous aimez de réfléchir à leurs propos (plutôt que de perpétuer le jugement qu'ils exercent envers eux-mêmes en ce qui a trait à leur poids)...


On se tourne la langue !
Vous avez peut-être envie, vous aussi, de vous laisser emporter dans le jugement: "Ah! J'te comprends, moi aussi j'ai pris des fesses !" Mais dites-vous que cela ne fait que nourrir la discussion. On ne s'en sort pas, et on poursuit notre journée sous le signe de la négativité. Rien de pire pour se miner le moral ! Tournez donc votre langue sept fois avant de parler. Et faites demi-tour respectueusement dans votre conversation en abordant un sujet positif : "Eille, parlant de plage, vas-tu en vacances cet été ?"

On se fait empathique...
"Je comprends ton soucis. Beaucoup de femmes ont de la difficulté à s'accepter avec toutes les pressions de notre société axée sur l'apparence. Tu n'es pas la seule. Moi aussi je ressens parfois des insatisfactions face à mon apparence physique. C'est normal. Essayons plutôt d'être imparfaites, on ressentira moins de pression et ça ne sera que mieux pour notre santé !"

Et à ceci, j'ajoute souvent quelque chose comme : "Tu sais, la nourriture, c'est beaucoup plus émotif qu'on ne le pense. On mange même quand on n'a pas faim, parce que la nourriture nous faire vivre des souvenirs d'enfance, un plaisir gustatif indescriptible... Tu auras beau faire tous les régimes, tant et aussi longtemps que tu n'auras pas compris les vraies raisons qui font en sorte que tu n'aimes pas ton corps, le problème refera surface" - juste assez de propos pour inciter la personne à réfléchir, et à se dire qu'au fond, les diètes, c'est juste un pansement sur la plaie (alors qu'en réalité, il faudrait une opération à cœur ouvert, avec plusieurs points de suture pour bien cicatriser le bobo!)

On s'aime quand même ;)
Le plus difficile pour une personne qui n'est pas bien dans sa peau, c'est de s'imaginer que tous les autres la regardent avec dégoût. Alors que dans la réalité, ils ne la regardent peut-être même pas ! Ou peut-être même jalousent-ils ses beaux cheveux, sa grandeur, sa personnalité... Si une personne porte un commentaire négatif face à son propre corps, dites-lui simplement: "Tu sais, tu pourrais être plus grande, plus mince, avec ou sans rides, etc. ça ne fera pas en sorte que je t'aime plus ou moins. Je t'apprécie pour ce que tu es, c'est tout !"

Bref, répondre aux propos à l'égard du poids de manière positive, c'est nourrir le problème. Et curieusement, nourrir le problème "psychologiquement" fait aussi en sorte que les gens le nourrisse "physiologiquement". Moins on s'aime, plus on mange.

Et plus on s'aime, moins on pense à manger.