lundi 6 septembre 2010

3, 2, 1... Partez !

Dimanche, 5 septembre 2010. Journée que j'attends avec impatience depuis belle lurette. C'est le marathon ! Bon, je ne veux pas me "péter les bretelles", j'ai quand même débuté avec un 10 km. On reverra l'option du 21km l'an prochain ! Mais pour moi, faire 10km, c'était tout un exploit. Je me rappelle une époque (...à l'aube de ma vingtaine...) lors de laquelle je dédaignais complètement la course. "2 km de course ? Est-tu fou ? Je n'arriverai jamais à te suivre!" Je parie que je vais vous tanner avec mes histoires d'ex à n'en plus finir, mais encore ici, c'est monsieur qui courait. Moi, je préférais faire semblant de me faire des muscles au gym tout en discutant de tout et de rien avec ma copine. Mais au moins, je travaillais les muscles de ma mâchoire, non ? Ouin, je ne crois pas que ça compte pour une activité physique, ça...


Alors, un jour, j'ai décidé de le suivre et d'affronter mon premier 2 km. Ça n'a pas été facile. Je me suis donnée de toutes mes forces, j'avais la gorge en sang, ma respiration se faisait difficile, j'avais une crampe au ventre, dans le pied, dans le petit orteil... Bref, toutes les excuses étaient bonnes pour que je m'arrête. D'autant plus que pendant que moi je courais, monsieur, lui, marchait ! (Nous n'avions pas la même longueur de foulées, bon!) Comme vous pouvez le constater, je ne me suis pas arrêtée. J'ai continué, continué, continué...

Alors que lui m'a toujours impressionnée, je peux vous dire qu'aujourd'hui, c'est moi qui court plus que lui ! Pfff! C'est quoi son p'tit 8km à côté de mon 10? (Ok, là, j'me "pète les bretelles"...)
J'ai carrément développé une passion pour la course. C'est un exutoire, je m'abandonne au son de mon lecteur mp3, je regarde ma montre Polar avec tant d'attention pour m'assurer de courir à la bonne fréquence cardiaque, j'ai les souliers spéciaux conçus pour mes "mosus" de pieds plats et même, le p'tit kit tout-en-rose pour matcher avec ma paire de bas... (Ceux qui me connaissent ne seront pas surpris que le p'tit kit soit rose ! Malheur à moi-même: mes souliers de course sont turquoise...)

Conclusion: prenez mon histoire comme un exemple. Je ne veux pas vous convaincre de faire le marathon demain matin, mais au moins, tentez l'expérience de la course. Si vous êtes découragé, entourez-vous. Trouvez-vous des amis, des collègues, de la famille, n'importe qui pouvant vous pousser à continuer ou vous motiver. L'activité physique au quotidien, ça ne vient pas tout seul. Il faut avoir de l'intérêt et avoir le GOUT de bouger. Comme ça, c'est toujours plus facile de se garder une toute petite place à l'horaire pour en faire.

Je suis certaine que des histoires comme la mienne, y'en a d'autres. Et vous, si vous me racontiez comment vous vous êtes adonnés à faire de l'activité physique ? Allez, ça encouragera les autres.

Qui sait, peut-être se verra-t-on l'an prochain au marathon ?

2 commentaires:

  1. Bravo à toi! Ça prouve que lorsqu'on commence,on ne doit pas lâcher,on s'encourage et ça donne un résultat concret. Ça fait du bien à notre corps et à notre esprit!

    Histoire perso,j'ai commencé à courir ça va faire bientôt 2 mois,maintenant je fais 4 jours semaine,une moyenne de 6,5KM de distance,je m'améliore à chaque jour et ça me fait du bien,je me sens revigorée et heureuse à la fin de chaque course. J'adore ça,j'aimerais bien faire un marathon l'an prochain.

    On lâche pas ;) !!

    RépondreSupprimer
  2. Bravo a toi pour ce 10km ! Et le p'tit kit rose, c'est une bonne idee.

    C'est drole, je me demandais recemment pourquoi je bougeais pas du tout, que je faisais pas de sport. Ben Tu as mis le doigt sur le bobo. J'ai pas le gout de bouger. Et il faut avoir le gout. Oups.

    RépondreSupprimer