vendredi 31 août 2012

Encore en vacances...

Il n'y a pas deux semaines que je suis revenue de l'Ouest canadien, que je repars déjà pour quelques jours au-delà de la frontière. Old Orchard Beach. N'y a-t-il pas un endroit plus québécois durant la fin de semaine de la Fête du Travail ? C'est en compagnie des beaux-parents que je ferai excursion dans l'un des Winnebago les plus confo. Voici ce que j'amène pour éviter de tomber toute la fin de semaine dans les sacs de chips, mais aussi pour faire durer le plaisir ;)

Sandwichs pas de croûte ?
Récemment, on m'a présenté le pain Première Fournée de Weston. J'ai eu envie d'en parler, même s'ils ne répond pas aux "religieux" critères des fibres alimentaires (2g de fibres par tranche). Moi, je prône les produits avec des ingrédients de base. Pas besoin de vous dire que la nutritionniste et la "puriste" en moi (!) furent bien heureuses de constater qu'enfin, j'aurais droit à un pain fait d'ingrédients compréhensibles (farine, eau, son de blé, miel, levure...) Plus de doute : c'est ce pain que je vais acheter pour me faire des sandwichs bien denses et combler mes papilles de plaisir. Avec la croûte... Et pour garnir mes sandwichs, je me suis fabriquée un "tout-c'qui" avec des ingrédients pas chers et savoureux 

- 5 oeufs cuits durs, sans la coquille
- 2c. à soupe (15 ml) de moutarde Dijon
- 3 oignons verts
- 2 petites carottes
- 1/2 poivron vert
- 1c. à thé (5ml) d'assaisonnement cari et coco (Méchant Mix) (mais 5 ml de cari ferait l'affaire)
- 2c. à thé (10 ml) de pâte de piment (sauce harissa)
- Poivre noir moulu au goût 

Réduisez en purée au robot culinaire. Voilà. En 5 minutes j'ai de la garniture pour quelques estomacs !

À grignoter
S'il y a une chose que je déteste, c'est bien mourir de faim. Il n'y a rien de pire pour que je ne devienne pas endurable. Vous reconnaissez-vous ? Honnêtement, il me faut des collations très souvent pour éviter que mon humeur ne change. Voici mes "essentiels" pour la fin de semaine.

- Beaucoup de pommes du Québec ! (Les hâtives sont déjà arrivées...)
- Un sac de carottes bio (je ne les pèle même pas, je les coupe, les lave et hop! dans un sac)
- Barres tendres (nous avons adopté celles de Nature's Path pour nous dépanner. Pour les plus grosses faim, et surtout avant de bouger, c'est riche en glucides (sucres), naturel, et ça bouche un coin...)

- Des biscuis maison ! Je me suis laissée emportée hier soir. 9h30 et j'avais encore les deux mains dans le four. Pourtant, en 15 minutes, j'avais terminé et j'étais plus sereine. Ça relaxe de cuisiner. 

Essayez ça : (ne portez pas attention aux ingrédients, ça vaut le coup d'essayer)

- 1 conserve de 540 ml de haricots blancs, égouttés et rincés, réduits en purée
- 2c. à soupe (30 ml) d'huile de canola
- 2 c. à soupe (30 ml) de miel
- 1c.à thé (5 ml) d'essence de vanille
- 1 banane très mûre en purée
- 2 sachets de gruau instantané nature (ou environ 250 ml (1 tasse) de flocons d'avoine à cuisson rapide)
- 1 tasse (250 ml) de farine de blé entier
- 1c. à soupe (15 ml) de poudre à pâte
- 25 Amandes enrobées de chocolat noir


Mélangez tout dans un bol, sauf les amandes. Déposez la pâte par cuillérées sur une plaque à biscuits tapissée de papier parchemin. Ajoutez deux amandes chocolatées sur chaque biscuit. Enfournez à 400 F (200 C) environ 25 minutes, ou jusqu'à ce que les biscuits soient bien dorés et légèrement croûtés. 

Et vous, où vous évadez-vous durant la fin de semaine du travail ?


jeudi 23 août 2012

Arrêtez-vous pour la rentrée !

Pour plusieurs, la fin du mois d'août signifie l'achat de matériel scolaire, la planification des boîtes à lunch... Il faut penser aux vêtements pour l'école privée de l'un, ou à l'achat de livres dispendieux pour l'entrée au CÉGEP ou à l'Université de l'autre. De mon côté, j'ai la chance de sauter ces étapes (pour le moment!), mais après avoir rencontré plusieurs parents et avoir mis le pied chez Bureau en Gros en pleine fin d'après-midi, je doute qu'il soit difficile de vivre ce moment de l'année sans stress, sans pression. Et si "décompresser" avant la rentrée, ça passait par la cuisine ? 

1. Remplissez votre congélo
Oui, ça prend du temps, mesurer la farine, fouetter les oeufs, nettoyer la vaisselle... Mais cette heure ou deux que vous allez consacrer à cuisiner des muffins, des biscuits, des barres tendres, vous allez la rentabiliser, un peu plus tard, lorsque vous n'aurez pas envie de préparer une collation, ou que vous vous lèverez en retard. Faites les cuire en triple, en double, et congelez-les aussitôt pour éviter que toute la famille ne les termine encore chauds !

2. Le dodo, un peu plus tôt
C'est possible de vous coucher 15-30 minutes plus tôt, et de vous lever 15-30 minutes avant l'heure habituelle ? Pas évident, surtout quand le soleil ne s'est pas pointé le bout du nez. Mais dites-vous que ce 15-30 minutes servira justement à vous réveiller davantage, et ce, durant toute la journée ! C'est un temps que vous pourrez prendre pour déjeuner, calmement, à table, en famille. Se réconforter avec des céréales chaudes, discuter autour d'un parfait étagé de yogourt, de noix et de petits fruits, écraser ses oeufs cuits durs prêts d'avance pour étendre sur un bagel grillé à point... Il me semble qu'ainsi, on oublie les tracas, on tisse des liens et on renforce l'importance du déjeuner pour faire le plein d'énergie ? Tout ça en 15 à 30 minutes, je vous le dis.

3. Procrastination, je te dis adieu...
"Je n'ai pas le temps". À mon avis, c'est faux. Nous avons tous le temps de cuisiner. Le problème, c'est que nous n'en avons pas tous envie. Cuisiner n'est plus un acte "nécessaire", car il devient de plus en plus facile d'acheter un pâté chinois à l'épicerie, de se faire livrer une pizza, ou de réchauffer une soupe en conserve. Qu'allez-vous faire pendant que vous attendez la livraison de votre pizza ou que votre pâté chinois réchauffe au micro-ondes ? Vous consacrer à d'autres "tâches" comme faire une brassée de linge et lire les derniers courriels auxquels vous n'avez pu répondre au travail ? Croyez-moi, ça n'est rien pour vous faire décrocher. Je suis persuadée que la clé, c'est d'essayer ! Même si vous commencez par cuisiner15 minutes une ou deux journée par semaine, voilà une bonne façon de casser vos anciennes habitudes. Agissez, parce qu'une habitude, ça prend du temps à s'intégrer au quotidien. Et si vous ne l'essayez pas, vous ne pourrez peut-être jamais en profiter ;)

Difficile à croire, mais dans mon cas, cuisiner, ça m'enlève un stress. Je ne pense plus à rien. Je suis concentrée à mélanger, couper, tartiner et... goûter ! Ce qui sera servi à mon déjeuner, mon dîner, ma collation ou mon souper, je sais que j'ai mis du temps à le préparer, et j'ai vraiment envie de le savourer. Encore plus envie, car si j'ai décidé de consacrer 30 minutes ou 1 heure à ma vie chargée pour le concocter, c'est que j'ai très TRÈS hâte de le manger. 

Quels sont vos trucs pour réduire le stress au quotidien ?

Des ressources indispensables 
- Pour des repas originaux, rapides et santé, les livres Rapido-Presto et Les lunchs de Geneviève de Geneviève O'Gleman. (Éd. La Semaine)
- Pour des idées de déjeuners et participer à un concours vous permettant peut-être de gagner 1000 $ d'épicerie (méchant coup de pouce !) cliquez ici
- Des p'tits trucs ici pour ne pas se laisser avoir par le stress (en anglais).

Pour ma part, je me déplace à votre domicile pour vous conseiller, en direct de votre cuisine !