mardi 26 mars 2013

Le poids et la santé ne doivent pas être des synonymes

On vous dit que pour être en santé, il faut perdre du poids. On vous dit que pour prévenir le cancer, le diabète, les maladies cardio-vasculaires, etc. il faut être le plus mince possible. Qu'en diriez-vous si un nutritionniste vous disait : "Le poids ce n'est pas important. Il faut changer nos habitudes pour le plaisir, et non pas pour réduire un chiffre sur la balance" ? Ce sera dorénavant mon discours. Oui, je suis une vraie nutritionniste. Mais je pense qu'il est grand temps que le message des professionnels de la santé change. Il existe de plus en plus de variétés de troubles alimentaires: on devient obsédé par la quantité et la qualité de ce que l'on mange. Ça n'a rien de sain. Vous aurez beau manger des carottes, des lentilles, du quinoa et du thé vert chaque jour, quand manger devient une obession, quand manger génère de l'anxiété, quand vous vous empêchez de sortir au restaurant pour éviter d'entrer en contact avec des aliments gras ou sucrés, c'est malsain. Ce l'est tant pour votre corps que pour votre esprit... Voici ce que j'en pense, en 5 temps:
Je mange des biscuits quand j'ai faim
et que j'en ai réellement envie !

1. Ce n'est pas parce que tu présentes un surpoids que tu es en mauvaise santé
La science est de plus en plus claire à ce sujet: la minceur n'est pas toujours associée à la santé. On en a d'ailleurs récemment parlé dans les médias. Les concepts de perte de poids et de "poids santé" ont leurs limites. Tout comme le principe de l'indice de masse corporelle (IMC). Autrement dit, avant d'entamer un processus de perte de poids, il faudra songer aux réels bénéfices que cela pourrait vous procurer. Mais d'abord, cette perte est-elle vraiment nécessaire ? Ne serait-elle pas plutôt le fruit d'une pression sociale ?

2. Ce n'est pas parce que tu n'es pas mince que tu manges mal
Certaines personnes mangent encore mieux que la théorie scientifique. Des fruits et des légumes chaque jour, des légumineuses, des aliments faibles en matière grasse, des sucreries à l'occasion, de l'eau tous les repas... Ils sont en pleine santé, mais ils ne sont pas minces. Ça veut dire qu'ils cachent des biscuits sous leur lit ? Qu'ils restent écrasés à longueur de journée sur leur sofa ? Non. Et re-non. Nous ne saurons jamais tout sur le concept du poids. Il est le résultat d'un ensemble de facteurs incontrôlables encore méconnus : hormones, génétique, facteurs environnementaux, etc. Alors cessons de leur mettre de la pression et de juger les gens qui n'ont pas la silhouette imposée par la société d'aujourd'hui. Chaque personne est différente et est unique en soi. C'est ce qui fait sa beauté.

3. Ce n'est pas parce que tout le monde te dit de maigrir que tu dois le faire
Combien de fois j'ai entendu ma grand-mère me dire, alors que je n'étais âgée que d'à peine huit ans: "Ne mange pas trop de biscuits, sinon, tu vas devenir grosse [...]" Je ne vous dis pas la suite, c'est trop dévastateur. Combien de parents me disent : "Moi, ma fille, j'aimerais qu'elle perde du poids. Je m'inquiète car elle va se faire rire d'elle". Tout le monde a ses raisons, et personne ne veut mal faire. Mais quand je vois une maman traîner sa fille de 10 ans au gym pour la forcer à se tenir en "shape", ça me fend le coeur. La réussite ne passe pas par l'amaigrissement et la forme physique. Elle passe avant tout par l'acceptation de soi, mais surtout, par l'amour de soi.

4. Tu es toi. Tu as le droit de manger ce que tu veux. Tu as le droit d'être bien dans ta peau.
Il n'y a pas d'aliments interdits. Certes, c'est une bonne chose que de réduire notre consommation d'aliments sucrés, riches et peu nutritifs. Cela dit, manger doit demeurer un geste positif, un réel plaisir, qui concorde avec nos valeurs et nos principes, et qui, surtout, nous permet de nous sentir bien. Si manger devient une source d'anxiété, il faut se l'avouer: on doit aller chercher de l'aide. Peut-être que vous avez peur d'aller consulter un psychologue. Allez-vous être jugé ? On va vous analyser ? Ce ne sont que les faibles qui consultent des psychologues ? Au contraire. Les gens allumés, vifs d'esprit, près du bonheur et de l'équilibre sont souvent ceux qui consultent. Ce n'est pas un constat scientifique, mais je parle en connaissance de cause, croyez-moi. Vous n'avez qu'un corps et qu'un seul esprit. Et vous n'avez qu'une seule vie. Alors profitez-en et prenez soin de vous !

5. Manger est un besoin vital. Manger est un plaisir.
On mange 365 jours par année, plus de trois fois par jour. C'est le cas de le dire: nous sommes ce que nous mangeons. Sans nourriture, nous ne sommes rien, puisque manger est un besoin vital. C'est Maslow qui l'a dit. Manger permet de combler notre besoin de la faim. C'est donc elle que nous devrions écouter ! Pas l'étiquette d'un produit qui nous dit de manger 150 calories par portion ou la balance qui nous indique un chiffre en livres. Les régimes ne font qu'envenimer notre relation avec les aliments, et brouiller nos signaux de faim et de satiété. Compter les calories ce n'est pas réaliste, ni bénéfique d'un point de vue psychologique. Là-dessus, je pense exactement la même chose que ma collègue nutritionniste Alexandra Leduc. Un régime restera toujours un régime

Ce n'est pas pour rien que notre société développe de plus en plus de troubles alimentaires. Le poids. Toujours le poids. Les kilos en trop, les "10 lbs perdues en 4 semaines"... Voilà qui nous mène à une obsession envers la quête du poids parfait, qui, en réalité, ne nous permettra jamais d'atteindre le vrai bonheur...

Et vous, que pensez-vous de cette obession envers la quête du "poids parfait" ?

lundi 18 mars 2013

Quand la bouffe et la passion se réunissent

Parce qu'on mange plus de trois fois par jour, sept jour sur sept, 365 jours par année, il m'est impossible de comprendre la raison pour laquelle certains d'entre vous voient l'acte de manger comme étant une activité banale. "Je mange pour survivre, parce que je n'ai pas le choix" me dites-vous. Difficile d'avoir envie d'un risotto aux truffes ou d'un burger au tofu avec frites de patate douce lorsque se nourrir semble être une tâche, parmi tant d'autres. Ce n'est pas maintenant que je vais convaincre l'ensemble des plus sceptiques. Mais à tout le moins, voici à quoi ressemble un week-end de passionné de la nourriture. Vous verrez, rien d'anormal, tout ce qu'il y a de plus banal !

On veut en savoir plus...
Tout comme un amoureux de la pêche s'abonne aux magazines de chasse et pêche, un amoureux de la nourriture visite les Salons les plus audacieux en matière d'alimentation. Après un petit-déjeuner copieux au restaurant Le Cartet dans le Vieux, c'est à l'Expo Manger Santé que je me suis rendue vendredi dernier. Bien heureuse de constater que l'Expo a fait légèrement peau neuve cette année avec des exposants que je ne connaissais pas. Coup de coeur pour ma collègue Sophie Pelletier, fondatrice des granolas sans gluten Croque Ta Vie à base de flocons de soya. Vraiment délicieux. J'ai bien apprécié jaser environnement et éthique avec les gens du MAPAQ, notamment au sujet de l'agriculture biologique. Mais mon vrai coup de coeur a été pour une petite entreprise en pleine croissance, les craquelins Hamov, genre de petits pretzels recette maison à saveur de cumin ou d'anis. Tellement en croissance qu'on ne les retrouve pas sur le Web... J'oubliais mon ami de Les Givrés, propriétaire vraiment sympathique et soucieux de la provenance de ses ingrédients. Il m'a complètement fait tomber en amour avec ses crèmes glacées et ses guimauves maison.

On veut découvrir et faire découvrir...
Les pains dorés du chef Rochette
Ma visite à l'Expo s'est terminée avec un accès privé aux cuisine de l'ITHQ. C'est grâce à mon cousin, bien sûr, que j'ai pu avoir un aperçu des cuisines et du menu. Ayant terminé son quart de travail, nous nous sommes dirigés chez moi pour nous préparer au week-end à Tremblant au chalet que j'avais réservé pour la fête de mon amoureux. Ce n'est qu'à 20h00 que l'alarme de la faim a sonné: direction Commensal (mon cousin n'y avait jamais été). Il fallait bien que sa tendance végétarienne commence quelque part. Malgré la sauce et le sodium, nous avons fini par passer au travers de notre seitan et notre chili végé. La prochaine fois, il sera assez mûr "végétamment parlant" pour une visite Aux Vivres.





On critique sans cesse les mauvais endroits où manger...
Après le pain doré que mon cousin avait préparé au déjeuner, mes attentes étaient élevées en matière de "bon manger". Le souper et le déjeuner était inclus dans le prix de ma location de chalet, à Tremblant. Mais si un jour vous avez réservé à l'Auberge de La Porte Rouge, de grâce, oubliez le repas inclus (si vous êtes passionné de nourriture, à tout le moins). La table à côté de nous était charmée par l'entrecôte de boeuf et les frites. De mon côté, j'ai retourné l'assiette de spaghetti au "lait d'amande" et "au saumon fumé" à la cuisine. Goût: zéro. Température: zéro. Présentation: zéro. Sensation d'être la plus difficile et la plus fraîche pète du restaurant: 10/10. Ça ne m'était jamais arrivé auparavant. Tout le monde a été déçu du repas.


En somme, aimer bien manger, c'est loin d'être évident. On passe notre temps à réfléchir au prochain repas, on se traîne des collations en tout temps, on veut toujours le dessert le plus savoureux et le plus décadent. La facture du restaurant finit par coûter cher, et on tappe sur les nerfs à tout ceux et celles qui ne mangent que pour survivre. 

Et vous, vous vous reconnaissez dans mes propos ? ;-)



dimanche 3 mars 2013

Pas de gâteau pour fêter le mois de la nutrition!

Mars a cogné à ma porte. Et comme à chaque année, il m'occupe sans relâche... (pas de semaine de relâche pour moi cependant!) Le thème de cette année Planifiez, achetez, cuisinez, savourez! Vous incite à faire de meilleurs choix à l'épicerie, tout en vous invitant à cuisiner davantage. Mon défi 2013 n'a que choix de s'insérer dans cette thématique, puisqu'en mars, je mangerai pendant une semaine de des aliments sans sucre ajouté. Ce ne sera pas facile... La preuve:

Les Canadiens consomment en moyenne 23 c.à thé de sucre par jour
On recommande de ne pas dépasser 12 c. à thé !
Mon déjeuner favori, rayé du menu!
Je suis une fanatique des bagels Inewa. Biologiques, débordant de fibres et de protéines: avec du beurre de "pine", c'est le paradis! Avec un "coco" aussi. Mais hélas, je n'avais pas remarqué qu'ils contenaient du sucre. Tout comme mes craquelins bio, mon pain aux grains entiers, et mes céréales "grano". Bonté divine, il y a vraiment du sucre partout!

Mes papilles n'aiment pas l'acidité
Depuis que je suis toute petite, on m'a appris à manger du dessert après chaque repas (j'étais en garderie chez ma grand-mère). Et rarement apparaissaient les fruits au menu : biscuits Pirate aux arachides, Fudgee-o double crème, chocolats Pot of gold... Quand je pense à ce que j'ai infligé à mon pancréas et à sa sécrétion d'insuline, ah la la! Aujourd'hui, j'ai beaucoup de difficulté à me passer de desserts sucrés. Un yogourt nature? Ça goûte l'acide dans ma bouche! Heureusement, je réussis à l'apprivoiser en lui ajoutant des fruits ou de la compote de pommes.


Céréales à déjeuner sans sucre ajouté : mission impossible?


 Qu'on mette  les choses bien au clair, je ne pense pas que ce soit meilleur pour la santé d'éliminer toutes traces de sucre ajouté. Cependant, on s'entend pour dire qu'il y a beaucoup trop de sucre dans les aliments. C'est pourquoi j'ai tenté de trouver des céréales, un aliment que l'on consomme au quotidien, sans sucre ajouté. Tout un défi. À vrai dire, je n'y suis pratiquement pas arrivé. Seules les Jordans  (section bio à l'épicerie) ont passé le test, de même que les Shredded Wheat. Je croyais que les Alpen de Weetabix combleraient mes attentes, mais la cassonade ajoutée m'a empêchée de les ajouter à mon panier... Je sens qu'il y aura du gruau nature au déjeuner cette semaine! 

Miel, cassonade, glucose-fructose, dextrose, sirop de glucose, mélasse... Y'a pas à dire, le sucre se cache partout dans notre alimentation! Une simple lecture de la liste des ingrédients saura vous sensibiliser. Cuisinez le plus souvent possible et réservez les aliments très sucrés pour les occasions spéciales. C'est le message à retenir!

Chose certaine, j'ai très hâte d'aller à la cabane à sucre ;)
Et vous? Avez-vous déjà essayé de réduire votre consommation de sucre?