lundi 20 mai 2013

L'Homme et son barbecue: des conseils pour raviver la flamme

Je déteste le BBQ. Oh, là là... Allumer le feu avec un briquet, surveiller la cuisson, le son de la bombone de gaz propane qui me donne la frousse (et si ça explosait ?) En somme, vous devinez que je ne suis pas celle qui se jette sur son BBQ dès que la température le permet. Je laisse l'Homme s'en occuper comme il se doit. Samedi dernier, je fus cependant prise au piège: souper de filles. Six morceaux de viandes à faire cuire, huit papillotes de légumes à surveiller. 45 minutes, la sueur au front, passées devant un BBQ aux flammes imprévisibles...

Mais croyez-le ou non, cette aventure m'a  inspirée. Comme quoi il peut naître du "positif" de n'importe quoi ! Si vous êtes comme moi et que vous n'aimez pas vous casser la tête avec le BBQ (ou pour en finir au plus vite), je vous propose des petits plats simples prêts très rapidement. Je veux quand même que vous gardiez un souvenir enflammé de votre repas cuit sur le "barbec" !

Des légumes qui grésillent...
À tout ces messieurs qui redoutent les légumes, je dis : vous n'avez pas goûté à des papillotes de légumes cuits sur le BBQ ! Prenez simplement des carrés de papier aluminium dans lesquels vous déposez un papier parchemin (ça vous évitera des légumes collés sur le papier d'aluminium). 

Dans un bol, mélangez des légumes au choix coupés en lanières (très important, car ça accélère la cuisson): oignon Vidalia (oignons plus sucrés), poivron rouge, ruban de carottes ou de panais, juliennes de patate douce, courgette jaune ou verte, etc. Ajoutez un filet d'huile d'olive, de l'ail en poudre, du vinaigre de cidre (environ 3c. à soupe pour 2 tasses de légumes), et un filet de sirop d'érable. Sel, poivre, et une petite branche de romarin dans chaque papillote, bien scellée avec le papier d'aluminium. Succès assuré auprès de vos convives.

Un poisson qui se baigne !
J'adore le poisson, mais je n'aime pas le faire cuire sur le BBQ car je trouve qu'il s'effiloche et qu'il s'assèche très rapidement. C'est pourquoi je le fais cuire dans une papillote (un peu comme les légumes ci-haut), dans laquelle j'ajoute un liquide. Des combinaisons gagnantes qui exigent environ 7-8 minutes de cuisson:

- Pangasius, huile d'olive, persil Italien ciselé, ciboulette, vin blanc, sel, poivre;
- Saumon, miel, sauce tamari, gingembre hachée, ail haché, jus d'orange;
- Tilapia, câpres, jus de citron, olive noires, aneth frais ciselé, bouillon de poulet faible en sodium.

Précautions, sans vous faire la morale...
Vous croyez peut-être que je redoute le BBQ en raison des substances cancérigènes qui peuvent être créées lorsque le gras de la viande se transforme en fumée bleue, notamment. Mais non, je ne m'inquiète même pas à l'égard de cet aspect, depuis que j'ai découvert quelques petits trucs "santé" pour réduire la formation de ces substances appelées "hydrocarbures polycycliques". Allez, essayez-les, juste pour mettre toutes les chances de votre côté !

- Commencez par faire cuire votre viande sur un papier d'aluminium. Lorsque la cuisson de votre viande est à votre goût, faites-la rapidement saisir sur le gril. 
- Profitez des arômes de la planche de cèdre. Un incontournable.
- Évitez de trop manipuler votre viande pour éviter que les jus de cuisson (gras) ne s'écoulent trop entre les fentes du gril.
- Les légumes sur le barbecue ne causent aucun problème. Zero problemo... Même grillés et noircis!

Je vous propose de faire une lecture complémentaire d'un billet que j'ai rédigé pour Recettes du Québec à propos du BBQ. Vous y trouverez d'autres idées pour vous allumer !

Dites-moi tout ! Je veux savoir quelles sont vos idées-minutes pour cuisiner sur le BBQ ? Êtes-vous un amateur de ce mode de cuisson, ou le redoutez-vous comme moi, petite nature que je suis ? ;)



mercredi 8 mai 2013

Quoi cuisiner quand on manque de temps, d'inspiration, de motivation et d'idées un soir de semaine ?

Une de mes salades "tout-ce-qui", oeufs à l'arrière
Le titre de ce billet en dit long. Je manque d'inspiration, cette semaine ! J'ai beau avoir passé des vacances extraordinaires, mon envie de cuisiner s'est envolée (temporairement, je vous rassure). En passant, c'est normal de ne pas avoir envie de faire à manger, même quand on est nutritionniste ou chef cuisinier. Surtout quand on cuisine pour soi-même. C'est bien plus motivant de popoter pour les autres ! Je vous livre ici mes solutions "dépanneurs" extra rapides et hyper simples que je cuisine les soirs de semaine pour répondre à mon besoin de manger. Car c'est le cas de le dire: je n'ai pas le choix de manger, mais je refuse de payer le resto et de faire souffrir mon porte-feuille.

Solution la plus fréquente : salade
Ok messieurs, je sais que cette option ne risque pas de vous plaire. "Ça bourre pas d'la salade!" Attention, je ne parle pas d'une petite salade de verdure et de carottes. Je parle d'une ÉNORME salade "tout-ce-qui" (tout ce qu'il y a dans le frigo). La plupart du temps, je combine :

- Au moins 2 tasses de laitue
- 1 poignée de noix ou de graines de tournesol
- 1/2 tomate en dés
- 1 carotte râpée (que voulez-vous, c'est mon légume préféré!)
- De l'oignon vert
- Des poivrons 
- N'importe quel autre légume qui traîne dans le tiroir du frigo : chou rouge, céleri, chou de Bruxelles, etc.
- Du poisson en conserve OU un oeuf brouillé
- Huile d'olive/vinaigre balsamique/poivre
- Aubergines marinées (ces temps-ci, j'ai une rage d'aubergines marinées... Pas hâte de voir ce que ce sera enceinte!)

Et je mange tout ça, tranquillement, en lisant le journal ou en m'excusant gentiment auprès de mon chum : "Je m'excuse chéri, encore une salade, es-tu correct ? Veux-tu un steak?" Étonnamment, il aime ça, lui, les plantes... 

J'oubliais: le pain croûté ou les craquelins entiers sont des accompagnements essentiels.

Solution un peu plus longue (demande de la cuisson)
Les fameuses pâtes. Est-ce qu'il y a un nombre maximal de fois où on peut manger des pâtes durant la semaine ? À cette question, je réponds NON. Par contre, j'aime varier (des spaghettis sauce tomate, à la longue, c'est franchement platonique). Ces jours-ci, je suis en amour avec la petite crème végétale Belsoy. Pas trop riche et tellement plaisant de savourer des pâtes avec une sauce onctueuse les soirs de semaine !
Image tirée de www.alpro.com 
La semaine dernière, j'ai combiné:

- 4 tasses de pâtes gemellis cuites
- 1 oignon et 3 gousses d'ail sautées dans un peu d'huile d'olive
- une dizaine de tomates séchées, coupées en lanière
- 4 tomates italiennes, en dés
- 1 branche d'aneth frais, ciselé
- Beaucoup de poivre
- Un filet de crème Belsoy, au goût
- du fromage Mozzarella, parsemé sur mes pâtes en fin de cuisson

J'ai simplement fait revenir mes légumes à la poêle, j'ai ajouté les pâtes, la crème et les assaisonnements. 15 minutes top chrono. On aime ça !

Solution "dernier recours" (Geneviève est vraiment épuisée et est toute seule pour manger)
Je ne suis pas très fière de l'annoncer, mais oui, il m'arrive de manger des crudités pour souper. C'est  fade, hein ? Enfin, je fais subir ce supplice à mes papilles 1 à 2 fois par mois. Avouez toutefois que ça fait du bien  de prendre congé des chaudrons, sans pour autant manger du resto. Par contre, ça ne doit pas arriver trop souvent car pour bien manger, il faut d'abord y trouver du plaisir. Je ne me décourage pas quand ça m'arrive, mais je me dis que demain, je vais  me reprendre. Si vous êtes comme moi, un soir, et que vous avez envie d'une solution "dernier recours", assurez-vous tout de même d'avoir un repas équilibré. Avec mes crudités, je mange:

- du hoummos (je m'en fais souvent un gros bol, maison, en début de semaine) ou un oeuf brouillé
- un pita au blé entier ou deux tranches de pain
- des noix (amandes, Grenoble)
- un yogourt avec des fruits, pour dessert (et un morceau de chocolat :)

Voilà. C'est équilibré, ça fait le travail, et ça me libère d'un 30 minutes de préparation/cuisson.

Vous avez donc la preuve que même si on est passionné d'alimentation, qu'on prend en photos nos assiettes et qu'on travaille dans le domaine de la bouffe, on n'a pas toujours envie de cuisiner. Et les plats que l'on crée sont loin d'être parfaits ! 

Et vous, quelles sont vos solutions "derniers recours" ? Allez-y, avouez-moi vos petits péchés...