lundi 28 avril 2014

Qui a le droit ?

Qui a le droit ? Qui a le droit de juger une personne qui mange des beignes alors qu'elle présente un surplus de poids ? Qui a le droit de dire à quelqu'un de maigrir pour être en santé? Qui a le droit de dire d'une femme au corps svelte et musclé qu'elle est superficielle ? Qui a le droit de prétendre qu'une personne mince est plus heureuse ? Qui a le droit ? Personne. Pas même un professionnel de la santé, pas même nos parents, pas même nos enfants. Nous sommes les maîtres de notre propre corps. Seuls nous avons le choix de décider ce qu'il y a de bon pour lui.

La semaine dernière, on a dit au ministre (Dr. Barrette) de perdre du poids pour être en santé. Mais qui sommes-nous pour lui dire quoi faire ? Savons-nous ce qu'il a vécu, par le passé ? Connaissons-nous sa relation avec la nourriture ? Oui, le surpoids peut mener à une mauvaise santé. Mais il n'a rien à voir avec les compétences... Irons-nous vérifier la santé financière du ministre des finances ? L'emprunte écologique du ministre de l'environnement ? La cote de rendement du ministre de l'éducation ?

Bon, je sais, je ramène de l'histoire ancienne, car le débat, c'était la semaine dernière qu'il avait lieu. Sauf qu'après réflexions, je ne pouvais pas m'empêcher de m'exprimer à ce sujet.

Arrêtons de penser qu'il faut absolument être maigre pour être en santé !

On a le droit d'entreprendre des démarches de perte de poids pour prévenir les problèmes de maladies chroniques. On peut vouloir améliorer ses performances sportives et désirer perdre de la masse adipeuse. On a la possibilité de faire ce qu'on veut avec son corps. L'important, c'est que ça vienne de nous, et qu'on le fasse avec respect. Le corps, c'est notre "enveloppe". À l'intérieur, il y a une âme, une personnalité, des sentiments, des émotions... Si on traite notre corps avec respect et avec soin, il va de soi qu'on va se sentir bien de l'intérieur. Alors qu'on soit gros, mince, musclé, enrobé ou obèse morbide, l'important, c'est d'entreprendre des actions et de commettre des gestes qui vont aider notre corps à être mieux, tant de l'extérieur que de l'intérieur.

Je rêve du jour où on pourra être nous-mêmes, sans constamment penser que les autres vont nous juger. Honnêtement, je lève mon chapeau à Dr. Barrette qui a clamé haut et fort: "Je n'ai pas été élu pour un concours de beauté". Dans la vie, il faut savoir en prendre et en laisser. Si on se souciait continuellement de ce que les autres pensent de nous, on n'avancerait jamais. C'est facile de critiquer ceux qui font de l'argent, c'est facile de commérer à l'égard de notre voisin qui a une plus belle voiture que nous... Juger, c'est trop facile. Que devient l'empathie ? 

À tout ceux et celles qui ont peur d'avancer par crainte d'être critiqués, je dis : GO ! Chaque jour, je vis des inquiétudes et des tourments en me demandant : "Mais que vont penser les autres si je fais ceci ou cela ?" Plus j'avance, plus je réalise que ce que les autres pensent ne me permettra jamais de me sentir mieux. L'important, c'est de faire des choses qui nous permettent d'avancer et avec lesquelles on se sent bien. 

Conclusion : vous voulez perdre du poids ? Vous voulez rester en surpoids ? Vous voulez faire un marathon ? Vous voulez faire une photo de vous en bikini et la faire laminer dans votre chambre ? Vous voulez éliminer la viande ? Vous ne voulez pas d'enfants ? Vous voulez avoir 5 animaux (tellement une allusion à moi ici ;)... C'EST VOTRE CHOIX À VOUS ! Pour autant que vous soyez sain d'esprit dans vos décisions et honnête envers vous-même, c'est la clé du bonheur. On ne vit qu'une seule fois, alors mieux vaut en profiter ! Pas besoin des autres pour en décider.

C'est mon opinion, mais sentez-vous bien libre de partager les vôtres !

Geneviève xx

lundi 7 avril 2014

Objectif : amour de soi

Ce samedi, j'ai eu la chance d'assister pour la première fois à une compétition de fitness. C'est qu'une de nos candidates à La Résolution, Mélissa, y participait dans la catégorie "novice-grande taille". J'aimerais publiquement la féliciter pour son courage et sa détermination ! Elle rayonnait sur scène !

En étant assise dans l'audience, j'ai réalisé à quel point plusieurs personnes ont soif de défis pour s'accomplir. Moi la première ! En tant que professionnel de la santé, j'en ai relevé plusieurs, non seulement en étant à la tête de ma propre entreprise, mais aussi en ayant l'audace de faire les choses différemment, et d'avancer, sans trop me soucier de ce que les autres allaient en penser. Relever des défis pour améliorer mon estime, gagner de la confiance. Oui, c'est ça, je dirais, qui reste le plus important.

Je regardais ces corps à la fois gracieux, musclés et féminins défiler sous mes yeux en me disant : "mais pourquoi vouloir faire ça ?" Ce que je retiens de cette expérience est loin de toutes les pensées stéréotypées à l'égard des femmes musclées. Plusieurs diront que les athlètes de fitness recherchent de l'attention, désirent un corps parfait, veulent de la reconnaissance, se prennent pour des petites princesses... Et c'est drôle, lors de cette soirée, je n'ai rencontré que des femmes accomplies, fières, déterminées, courageuses, audacieuses, belles de l'intérieur et reconnaissantes envers ceux et celles qui leur sont venus en aide.

Compétition de fitness IDFA 

On juge facilement les femmes avec un corps svelte, musclé, presque irréel, voire parfait. Mais je me demande si ce n'est pas plutôt par jalousie. Personne n'est obligé d'avoir un corps parfait pour être en santé, je l'admets. Mais pourquoi ne pourrait-on pas se réjouir pour ceux et celles qui pratiquent un sport avec détermination pour atteindre des objectifs de composition corporelle ? Ces gens dont le quotidien est rempli de bonnes habitudes de vie ne pourraient-ils pas nous inspirer ?

Je vous invite à réfléchir avec moi. Plutôt que d'envier le corps d'hommes ou de femmes musclés, et de nous culpabiliser parce qu'on n'a pas l'apparence désirée, pourquoi ne pas détourner notre attention et passer tout simplement à l'action ? Vous n'êtes pas obligé d'avoir des objectifs aussi intenses que la compétition de fitness. Ça peut être une course à pied, une marche pour une levée de fonds, une course à obstacle...

Contrairement à ce qu'on pourrait penser, les athlètes de fitness que j'ai rencontrés ne se sentent pas accomplis à cause de leur "6-packs". Ce qui les rend fiers et fières, c'est de voir tout le parcours qu'ils ont fait, et de constater à quel point ils ont gagné de la confiance envers eux-mêmes. Et ça, pour moi, c'est ce qu'il y a de plus important.

Confiance, estime de soi, amour de soi.

Qu'en dites-vous ?