lundi 28 septembre 2015

Des bras qui dérangent (ou qui sommes-nous pour juger Julie Snyder ?)

Ça fait quelques jours que je vois circuler des propos parfois haineux ou bourrés de jugements à l'égard de l'apparence physique de Julie Snyder. En tant que nutritionniste, mais aussi en tant que personne grandement touchée par les commentaires sur l'apparence physique, je ne pouvais m'empêcher de commenter cette situation à la fois inquiétante et frustrante. Ce que j'en pense ? Le voici.

#1 Personne, PERSONNE n'a le droit de juger de l'état d'une personne en fonction de son apparence physique.

Quand elle était plus pulpeuse, on lui disait qu'elle était grosse, qu'elle devrait faire attention. Quand elle s'est mise au régime, on lui a dit qu'elle était belle, mais qu'on l'aimait encore mieux avec "un peu de gras", et maintenant qu'elle a visiblement perdu beaucoup de poids, on la critique encore, et encore.

De nombreuses personnalités publiques sont critiquées au quotidien pour leur habillement, leurs seins, leur coupe de cheveux, leur orientation sexuelle, leurs habitudes de vie... Juger. C'est trop facile juger les autres. Mais qu'en est-il de se regarder soi-même dans le miroir ?

Qui sommes-nous, nous-mêmes, pour critiquer l'apparence, les habitudes ou l'état psychologique d'un individu ? Pourquoi toujours tout centrer autour du poids corporel et du physique d'une personne ? Pourrait-on focusser, s'il-vous-plaît, sur notre bien-être personnel, notre amour de soi et nos qualités propres avant de réfléchir à propos de ce que les autres font, mangent, disent et respirent ?


#2 Les troubles alimentaires, c'est pas de la p'tite bière.

Comme vous, moi aussi je me suis inquiété de la santé de Julie Snyder en voyant ses bras. Mais je ne vois pas l'intérêt d'aller écrire un petit commentaire "Hey, Julie, tu fais peur" sur sa page Facebook... Si trouble alimentaire il y a, pourrait-on, SVP, laissez la personne concernée gérer la problématique ? Pourrait-on arrêter de vouloir être s'immiscer dans la vie de tout le monde quand on ne connaît pas le portrait général, l'ensemble de la problématique ?

Quand quelqu'un vit une difficulté, on fait part de nos inquiétudes, on le laisse s'ouvrir à nous, et on doit rester prêt à l'écouter, à le supporter. On n'essaie pas de lui diagnostiquer son problème, et on ne vient pas non plus lui balancer au visage qu'il a vraiment l'air mal en point. C'est irrespectueux. Malveillant. Insoucieux.

L'anorexie, la boulimie, l'orthorexie, la bigorexie, c'est sérieux. C'est grave.  C'est parfois même mortel. Et c'est... psychologique. Ce n'est pas en crachant des commentaires désobligeants à propos du poids et de l'apparence physique qu'on va régler le problème. Pire. On va l'accentuer.


Je m'insurge contre tout ceux et celles qui jugent les gens en fonction de leur poids. Désolée de défaire cette image de femme joviale et sympathique que je suis, mais si un jour vous venez me dire que j'ai pris du poids ou que j'ai l'air trop maigre, vous me trouverez bête, et glaciale. Je vous dirai : "Qui es-tu pour me parler de mon poids ?" Si un jour vous critiquez ma façon de manger, je vous relancerai: "En quoi ma façon de manger TE dérange ? N'ai-je pas le droit de manger ce que je veux ?"

Les habitudes alimentaires que nous avons, c'est un choix: si je choisis de manger du chocolat, de la crème glacée ou encore des crudités, c'est mon droit. Je l'assume. Point à la ligne. Ça fait partie de moi et jamais personne ne me forcera à manger X chose ou à me priver de X aliment.

Le poids, ce n'est pas un choix. On ne choisit pas d'être maigre, mince, petite, moyenne, trapue... Le poids, c'est un chiffre. Le poids, c'est le résultat d'une vie, d'un bagage génétique, d'une émotion, d'un sport. Le poids, ce n'est SURTOUT pas quelqu'un. Moi, j'ai un coeur, une âme, des émotions et un corps. Merci de vous en soucier. Mais arrêtez de vous soucier de mon poids. Et de celui des autres.

Laissez Julie Snyder s'occuper de son propre corps.

Tiré de: https://www.facebook.com/JulieSnyderOfficiel  






Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire